Une aventure humaine … 

Ma première rencontre fut ma voisine de siège sur le vol aller. Kyun, une Coréenne d’une soixantaine d’année revenant d’un séjour chez sa fille. Heureusement pour moi, elle parle anglais. Nous avons discuté, trinqué et mangé ensemble : je ne peux rêver meilleur début pour mon voyage. Nous nous sommes échangées nos numéros de téléphone et sommes convenues de nous revoir lors de la fin de mon séjour, à mon retour sur Seoul.

Me voici donc à l’aéroport d’Incheon, l’entrée sur le territoire s’est bien passée, j’ai récupéré ma SIM coréenne et un peu d’argent au distributeur. Je me dirige ensuite au guichet bus pour acheter mon billet pour Seoul car sur les conseils de Kyun, je fais le choix de prendre un bus limousine plus onéreux certes que le train, mais en extérieur afin de profiter du paysage. 

Je découvre le bus limousine avec son confort d’assise, son espace ! Je ne regrette absolument pas ce choix et mon premier contact avec les paysages coréens, plutôt bétonnés entre Incheon et Seoul.

Me voici maintenant arrivée à la station attendue. Après avoir tourné un moment sans succès, je ne parviens pas à trouver l'arrêt de bus pour me rendre à mon hôtel. Lasse et fatiguée, et sachant que mon hôtel est à sept minutes en voiture, je décide de prendre un taxi.

Consciente que les chauffeurs ne parlent généralement pas anglais, j'avais prévu le coup en imprimant ma réservation d'hôtel avec l'adresse en coréen. Mon chauffeur, comme prévu, ne fait pas exception.

En route, en regardant le GPS, le trajet me semble différent de ce que j'avais imaginé. Après quelques échanges laborieux, je finis par comprendre que mon hôtel est en réalité à une heure de route. Horrifiée à l'idée de commencer mon séjour avec une note de taxi conséquente, je demande au chauffeur de me déposer au premier endroit possible. Il s'arrête devant une station de police. Je descends, m'excuse abondamment, récupère mes bagages, mais rien ne semble apaiser son agacement. 

C'est alors qu'une patrouille de police arrive. L'un des deux agents parle anglais, et je lui explique ma situation. Je lui fais comprendre que mon hôtel est trop loin pour que je m'y rende en taxi. Il transmet l'information au chauffeur, qui, résigné, finit par partir.

Me voici avec les deux policiers, qui me demandent où je me rends. C'est alors que je réalise l’erreur de billet : je suis en fait à Gwangmyeong, alors que je pensais être à Gangbyeon !  L'agent anglophone me demande d'où je viens et, en apprenant que mon vol s'est posé il y a seulement quelques heures, il m'aide en me montrant sur l'application Naver où je suis. Il m'explique qu'il me faut retourner d'où je viens pour prendre le métro et rejoindre ainsi la bonne station, Gangbyeon.

Les deux policiers me laissent pour rentrer au poste, mais ressortent quelques minutes plus tard alors que je consulte encore l'application pour me repérer. Le policier anglophone s'approche de moi et m'invite à monter dans leur voiture. Durant le trajet, il me demande de me présenter et de parler de mon voyage, ce que je fais avec plaisir.

L'équipe me reconduit à la station Gwangmyeong, me dépose devant l'entrée côté métro sous les regards surpris des passants, m'aide à décharger mes bagages, et m'indique où me diriger avant de prendre congé.

Je tiens à exprimer mes sincères remerciements à la police coréenne pour leur aide précieuse.

Fan de K-dramas, que j'ai découverts durant le confinement causé par la COVID-19, je tiens à réaliser les activités incontournables lors d’un voyage en Corée du Sud, notamment un barbecue coréen et un karaoké.

Ces activités se pratiquent généralement à deux personnes ou plus. Pour mon deuxième jour à Séoul, j'avais pris contact avec une guide francophone, et j'ai bien fait. Nous nous sommes retrouvées à 14h à la station de métro de Gangbyeon (ligne 2). Le courant est tout de suite passé, Camille est très agréable. Française installée à Séoul depuis 2016, elle prépare les examens pour devenir guide touristique officielle. 

C’est parti pour une visite touristique, agrémentée de ses explications détaillées. Après avoir admiré de nombreux lieux magnifiques, nous nous sommes dirigées vers le quartier de Gangnam pour profiter de la douceur du début de soirée autour d’un barbecue coréen, accompagné (avec modération) du cocktail bière/soju. 

Nous nous sommes régalées et avons passé un moment très agréable. Ensuite, nous nous sommes dirigées vers un karaoké pour bien terminer cette belle journée. 

Ces deux activités ont été à l’image de ce que l’on voit dans les K-dramas. Mission accomplie ! 😃 Merci Camille.

Guide : Camille GRASSER - camilleseoul@gmail.com

Photos : 

Bukchon Village - Café Dotori Garden - Mascotte - Palais de Gyenbokgung - parc - Statue Sejong le Grand - Square Gwanghwamun - Temple Bongeunsa - Statue Bouddha

Changement de registre :

Lorsque j'ai commencé à planifier mon séjour, je souhaitais contribuer à une action locale en faisant du bénévolat, idéalement auprès d'enfants. Cependant, cette quête s'est révélée plus difficile que prévu. Malgré mes recherches en ligne, j'ai découvert que peu d'associations offraient des opportunités de bénévolat pour des périodes très courtes, quelques heures seulement, dans mon cas. 

Je ne me suis pas découragée et c'est finalement par le biais de l'application Meetup que j'ai découvert une association qui correspondait à mes attentes et à mon emploi du temps : Volunteer For PLUR (Peace, Love, Unity, Respect). Cette association basée à Séoul se consacre à la préparation et à la distribution de paniers repas aux sans-abris, une mission essentielle dans une ville où l'inégalité sociale est visible. Chaque dimanche soir, les bénévoles se rassemblent à proximité de la gare de Séoul pour préparer et distribuer des repas à ceux qui en ont besoin.

Pour mon premier dimanche soir dans le pays, je me rends au point de rendez-vous indiqué sur l’appli Meetup, tout comme une dizaine d’autres personnes. Après l’accueil chaleureux des organisateurs et les présentations d’usage, nous nous dirigeons vers le bâtiment où nous allons préparer les repas dans une ambiance conviviale et solidaire.

Nous voilà prêts à partir ! Nous nous répartissons en plusieurs groupes et allons à la rencontre des sans-abris. Je suis frappée de constater qu’il s’agit en majorité de personnes âgées. N’ayant que peu de mots à mon vocabulaire, je me contente (malheureusement) d’un «bonjour» et d’un «bon appétit». Les visages sont identiques à ceux que j’ai pu voir ailleurs dans le monde et derrière chaque regard il y a une histoire, souvent marquée par des difficultés et des épreuves que je ne peux qu'imaginer.

Distribuer ces repas est bien plus que donner de la nourriture. C’est offrir, du moins je l’espère, une preuve que quelqu'un se soucie d'eux, l’espace d’une soirée. 

Quelle chaleur ressentie en voyant leurs yeux s'illuminer et un sourire éclairer leur visage en retour.

Ce contact humain, bien que bref, fut un rappel de l'importance de l'empathie et de la compassion dans nos interactions quotidiennes.

Pour celles et ceux qui cherchent à donner un sens plus profond à leurs voyages, je recommande vivement de rechercher des opportunités de bénévolat. Non seulement cela enrichit votre expérience, mais cela peut également avoir un impact positif sur les personnes que vous rencontrez, même si ce n'est que pour quelques heures.

En poursuivant mes recherches sur les traditions culturelles uniques, une activité en particulier a attiré mon attention : la fabrication d'un sceau personnel. 

En République de Corée, posséder un sceau, ou "dojang", est non seulement une tradition ancestrale, mais aussi une nécessité légale pour diverses transactions importantes telles que l'acquisition d'un terrain, d'une maison ou encore d'une voiture. Cette coutume fascinante me conduit à l'atelier de Jeongju, situé dans le quartier historique d'Insadong, pour graver mon propre sceau sur de la pierre.

Jeongju est réputée pour sa maîtrise de cet art ancien. Dès mon arrivée, je suis sous le charme de l'atmosphère paisible et accueillante du lieu. Jeongju, la maître artisan, nous accueille avec une chaleur et une gentillesse en commençant par nous offrir un thé de fleurs. Nous sommes cinq participants : trois Américains, un autre Français : Thibault (quelle chance !). La diversité des participants ajoute une dimension supplémentaire à cette belle expérience, chacun partageant sa propre perspective et son enthousiasme.

La création de la signature est un processus entièrement libre et créatif. Chacun est encouragé à concevoir un motif ou une inscription qui reflète sa personnalité ou ses aspirations. Jeongju, avec une patience infinie et un sourire constant, guida chacun de nous à travers les différentes étapes de la fabrication, notamment au moment de la gravure minutieuse des caractères, chacun de ses gestes est empreint d’un savoir-faire et d’une précision que nous ne pouvons égaler en si peu de temps. 

Une fois le sceau terminé, il doit être enregistré auprès des autorités pour devenir officiel. Cette formalité donne à l'objet une valeur légale et symbolique, en plus de son importance personnelle. Pour beaucoup, c'est une étape significative qui marque une nouvelle phase de leur vie ou une réalisation importante.

Le temps passé dans l'atelier de Jeongju fut véritablement mémorable. L'accueil, la gentillesse et la bienveillance de notre hôtesse ont transformé cette activité en un moment très agréable et enrichissant. Chacun de nous est reparti avec un sentiment d'accomplissement et un magnifique sceau personnalisé, symbole de notre aventure culturelle en Corée du Sud.

Merci Jeongju 😃

À la fin de l'atelier, alors que nous sommes au pied de l'immeuble, Thibault et moi échangeons encore nos impressions sur l'activité que nous venons de partager. Rapidement, il devient évident que nous pouvons passer un moment ensemble. Nous décidons donc de partir pour une nouvelle aventure !

Thibault est sur le départ, son séjour s'achève tandis que le mien commence. Il me propose de déambuler dans le quartier d'Insadong, qu'il connaît bien maintenant, son hôtel étant à proximité, tout en me donnant des informations sur les points d’intérêt des villes que je vais visiter, ayant lui-même séjourné dans les mêmes.

Il faut bien admettre que le quartier touristique d’regorge de boutiques d'artisanat, toutes plus incroyables les unes que les autres ! Nous faisons une courte pause dans un café avant de reprendre notre promenade. Thibault est en quête de souvenirs à rapporter, tandis que moi, je suis en mode émerveillement.

La fin de journée approche, il est temps de penser à dîner. Pourquoi pas un barbecue ? Thibault m'entraîne dans un endroit qu'il apprécie particulièrement pour son ambiance, et je dois avouer que c'est extraordinaire. Des tables de "tourtereaux" font face à des groupes de jeunes filles déjà un peu éméchées par la boisson traditionnelle, tandis qu'un peu plus loin, des anciens évoquent peut-être le bon vieux temps, tandis qu’à côté d’eux des collègues de bureaux s’accordent un moment de détente certainement bienvenu.

Nous partageons un excellent repas, et je passe un agréable moment en compagnie d'un jeune homme charmant.

Merci Thibault 😃

Photos : dans les rues d’Insadong

À Gangneung, j'ai visité le musée du Temps, situé à Jeongdongjin. 

Pour faire ce trajet, je devais prendre le bus 113, d'après les indications trouvées sur Naver. Après quelques péripéties, j’arrive finalement au bon arrêt de bus qui selon l’application me permet de prendre une correspondance pour le bus numéro 113. Cependant, parmi la multitude de lignes, je cherche mon bus, en vain.

Un monsieur âgé, remarquant ma confusion, s'approche et m'adresse la parole en coréen. En lui expliquant ma situation, il me fait comprendre que le bus 113 ne circule plus 😐 merci, Naver !

Il me guide alors vers un autre arrêt dans une rue adjacente, affirmant que le prochain bus me mènera à ma destination. Cependant, après un quart d'heure d'attente sans aucun bus en vue, il suggère que le mieux serait d’aller à la gare et de prendre le train.

Je le remercie pour son aide, pensant qu'il va me laisser là, mais il insiste pour m'accompagner à la gare, malgré son sac de courses. Après une marche de 20 minutes, nous arrivons à la gare où, après avoir consulté le panneau d'affichage et constaté que j'ai un train dans trois quarts d'heure, il se dirige vers le guichet et demande le billet approprié.

À peine ai-je mon billet en main qu'il s'éloigne déjà. Je le rattrape pour le remercier chaleureusement et lui propose un café en signe de gratitude. Il décline poliment et s'éloigne comme si de rien n’était, me laissant impressionné par sa gentillesse et sa bienveillance.

Merci, cher Monsieur, pour votre aide. 😊

Voilà, mon voyage touche à sa fin. Le matin de mon retour à Seoul, je reçois un message de Kyun, ma voisine de siège sur le vol aller. Nous nous sommes retrouvées au pied de mon hôtel vers 13h et sommes parties en direction du quartier de Myeong-dong car elle tient à me faire découvrir le restaurant Myeongdong KyoJa. Je recommande : elle a commandé (avant que nous nous installions : c’est le principe dans ce restaurant) 3 plats sur les 4 que propose l’établissement, et payé  (tradition de savoir-vivre Coréen oblige). Nous nous sommes régalées, j’ai trouvé les mets délicieusement équilibrés en épices et juste pimentés sans excès (à l’exception du kimchi, qui dans ce restaurant n’étais pas pour moi 🌶️ 🌶️ 🌶️ 🔥). (Adresse : 29-1, Myeongdong 10-gil, Jung-gu Myeongdong Kyoja, Séoul 04537). Excellent ! 😋

Une fois le ventre bien rempli, nous avons déambulé dans le quartier. Je lui propose de boire un café, cela tombe à pic, nous sommes à proximité d’un lieu qu’elle apprécie. Une fois installées à notre table avec nos boissons, elle ouvre son sac et en sort une boîte qu’elle me tend. Surprise je la questionne : il s’agit d’un cadeau : un portefeuille artisanal Coréen ainsi q’un pochon en organza contenant un éventail : un indispensable de l’été. Touchée par son geste je reste un moment sans voix, avant de la remercier chaleureusement. Elle m’offre tout cela alors que nous nous connaissons à peine et s’excuse même car «ce n’est pas grand chose». Je suis émue par tant de gentillesse.

Nous parcourons les rues du quartier, nous arrêtant sur les points d’intérêts dont elle me raconte l’histoire. Nous nous quittons en fin d’après-midi, heureuses de nos échanges et au plaisir de se texter avant de nous revoir. 

Un énorme MERCI Kyun 😊


Quelle belle manière de terminer mon séjour, et pourtant, une dernière aventure m’attend…. Et pas des moindres ….

Photos :

Cadeaux - Cathédrale de Myeongdong - Jardin - Maison de la Corée - le déjeuner - Statues St Andrew - Statues homme femme en bois

Me voilà à Incheon, cette fois c’est la fin. C’est mon dernier jour dans ce magnifique pays aux habitants si chaleureux.

De nombreux blogueurs invitent les voyageurs à découvrir Incheon. J'ai choisi d’y passer une journée. Je confirme, la ville mérite le détour, comme toutes les villes de Corée du Sud, en tout cas celles que j’ai pu voir.

J’ai choisi l’hôtel PARK MARINE sur Soraeyeok-ro, Namdong-gu à Incheon (je recommande, ma chambre est super et très bien équipée pour un prix très abordable : 58 euros la nuit). L’hôtel est à proximité de Gyeonggi-do, offrant ainsi un cadre agréable.

Je flâne au bord de l’eau en direction de l’océan et croise beaucoup de monde en ce dimanche ensoleillé. Comme à mon habitude, j’échange sourires et bonjours avec les passants, du moins avec ceux qui m’adressent un regard.

Je croise une dame vêtue d’une longue veste coupe-vent dont elle maintient la capuche sur sa tête. Étant donné la chaleur, je trouve cela un peu étrange, mais bon. Je lui fais un signe de tête, dis bonjour, et poursuis ma route. Midi approche, mais je n’ai pas encore faim et continue donc mon exploration du quartier.

Après un quart d’heure environ, je re-croise cette dame et mets une fraction de seconde avant de réaliser que je l’ai déjà vue. Elle vient à ma rencontre et me demande en anglais d’où je viens. À peine ai-je eu le temps de répondre « de France » qu’elle me prend par le bras et commence à me parler de son mari retraité d’une banque française présente à Seoul.

Elle me convie à déjeuner chez eux, prévient son mari par téléphone et me voici devant leur porte, le visage souriant et un peu surpris, tout de même, de son mari dans l’embrasure de celle-ci.

J’ôte mes chaussures avant même que cela ne me soit demandé et voilà que madame me prend par le bras pour une visite de leur appartement. Du 19ème étage, la vue sur l’océan est incroyable. A peine le tour fini que je me retrouve à table avec un bol de ramyons, des raviolis et des fruits coupés.

Nous avons bavardé près de trois heures autour de mon séjour et ce que j’en retiens, puis des différences sociales et économiques entre nos pays respectifs.

Je prends congé encore sous le choc d’une si surprenante rencontre. Quelle gentillesse, quelle incroyable générosité (en plus, je suis repartie avec un sachet de ramyons, des sticks de café pour qu’Alain puisse y gouter aussi !)

Myal © Copyright 2024